Dounia Bouzar : « On ne déradicalise pas avec une baguette magique »

Une jeune fille de 17 ans, qui avait projeté un attentat contre une synagogue de Lyon en 2014, a été interceptée alors qu’elle s’apprêtait à rejoindre les rangs de l’État islamique. La jeune femme suivait des entretiens de «déradicalisation». L’anthropologue Dounia Bouzar s’explique.


La jeune fille présentait deux visages. Une adolescente de 17 ans, nommée Clara (son prénom a été changé), a été stoppée par son père quelques jours après Noël alors qu’elle préparait son départ vers la Syrie depuis de nombreuses semaines, révèle Europe 1 ce lundi matin. Alerté par le Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI) de Dounia Bouzar, qui prenait en charge la jeune fille, les parents avaient repéré son nouveau téléphone avec lequel elle téléphonait à un recruteur de l’État islamique français. Pourtant, l’adolescente participait depuis quelques mois à des entretiens de «déradicalisation» avec l’anthropologue Dounia Bouzar dans le cadre de son programme de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam.

Comme chaque individu suivi par Dounia Bouzar, Clara était un cas difficile, concède-t-elle au Figaro. Si elle participait aux entretiens, dans le secret, la jeune fille était prête à tout pour partir faire le djihad en Syrie. Dounia Bouzar avait remis un rapport en juillet au juge anti-terroriste qui annonçait qu’elle était «retombée». L’anthropologue demandait ainsi son enfermement dans un centre éducatif fermé. «Je savais qu’elle recherchait la prison, notamment en raison de ses multiples entraves à son contrôle judiciaire», explique Dounia Bouzar. La déradicalisation n’est pas une chose aisée, «les périodes d’ambivalences peuvent durer une ou plusieurs années, on ne déradicalise pas avec une baguette magique», selon Dounia Bouzar. Ainsi le chemin est long et sinueux.

Une jeune fille qui raisonne

Clara était déjà connue des services de police. En août 2014, elle avait été interpellée pour un projet d’attentat-suicide devant une synagogue de Lyon, qu’elle prévoyait d’accomplir avec une complice de 17 ans résidant à Tarbes, dans les Hautes-Pyrénées. Elle n’avait alors que quinze ans. Depuis, la jeune fille était sous contrôle judiciaire, et était très entourée par sa famille, notamment son père musulman et sa mère catholique, précise l’avocat de Clara à Europe 1, mais également par les membres du CPDSI. Elle suivait également en parallèle une formation dans le domaine social. Toutefois, la jeune fille s’est «rebranchée» dans un contexte où elle était placée depuis plusieurs semaines dans un foyer où les éducateurs n’ont pas entendu les craintes du CPDSI. Le Centre a demandé aux éducateurs de confisquer son téléphone car elle était radicalisée. «Ils nous ont pris pour des réacs et l’ont laissé téléphoner, argue Dounia Bouzar, les jeunes manipulent sans arrêt des éducateurs non formés, et les recruteurs se délectent de leur apprendre une totale dissimulation». De plus, Clara est une jeune fille qui raisonne et qui réfléchit. Elle met des mots sur le mal qui l’habite, ce qui a fait pensé aux éducateurs qu’elle était probablement déradicalisée.

Pourtant, depuis plusieurs semaines Clara passait des appels téléphoniques en cachette à un recruteur français pour planifier son départ vers les territoires occupés par l’État islamique en Syrie. Depuis le 20 janvier, elle est en prison et a reconnu son intention de partir. Durant sa garde à vue, l’adolescente a aussi salué les attentats du 13 novembre qui ont fait 130 morts dans la capitale, et avoué que la dissimulation de ses intentions faisait partie de son plan pour tromper les policiers et son entourage. Une audience aura lieu dans quelques semaines pour savoir si elle restera incarcérée jusqu’à son jugement.

Une cible privilégiée pour les recruteurs

Jointe par Le Figaro, Lylia Bouzar, qui travaille en collaboration avec Dounia Bouzar au sein du CPDSI, assure que Clara a pourtant fait un gros travail sur elle-même durant de nombreux mois. «Elle arrive désormais à mettre des morts sur son embrigadement. Elle est capable de dire ce qui l’a séduit, et elle sait pourquoi elle est fragile. Elle venait toujours aux séances avec Dounia et n’avait jamais tenté de repartir en Syrie ou de s’enfuir malgré le fait qu’elle était parfois seule dans le métro ou dans le RER». Le problème chez Clara réside davantage dans son «embrigadement relationnel», selon Lylia Bouzar. «Elle a été une cible privilégiée pour les recruteurs qui ont tenté de la séduire, lui ont envoyé énormément de SMS. Son embrigadement relationnel est très structuré et très actif. C’est cela qui l’a fait basculer de nouveau».

La situation de la jeune femme, qui serait une des premières réellement suivie par Dounia Bouzar par le biais du Centre de prévention contre les dérives sectaires liées à l’islam (CPDSI), et présente dans son ouvrage La vie après Daech (Les éditions de l’atelier), est emblématique de la situation des jeunes radicalisés. Les réinsérer dans la société est long et complexe, et le risque de rechute n’est jamais loin. Depuis son lancement fin avril 2014, le numéro vert d’assistance aux familles a reçu plus de 4300 «signalements pertinents» de jeunes dont le comportement inquiète. Quelque 1500 jeunes sont «suivis en prévention» et 600 familles accompagnées par des structures associatives, selon des données publiées début janvier.

Source : Le figaro